Pandémie – Odysseus – Lyon 6ème (69)

MISSION :

Grâce à l’incroyable machine à voyager dans le temps créée par l’inventeur Jean-Baptiste Le Gentil, vous êtes envoyés en 1915 dans un Paris déserté, au cœur d’une réalité alternative.

En 1914, une épidémie mortelle s’est répandue comme une traînée de poudre malgré la mobilisation générale. Les scientifiques se sont barricadés dans leurs laboratoires pour trouver un remède ; en vain. Vous voyagez dans un de ces laboratoires abandonnés, après le passage de l’épidémie.

Votre objectif : Reprendre les travaux commencés par les scientifiques, déterminer la souche de la maladie et empêcher IRIS de détruire le monde ! Attention, soyez prudent lors de vos manipulations…


 

PROFIL DE LA SALLE :

THÈME : Médical, Enquête
LANGUES : Français
COMPOSITION : De 2 à 6 joueurs
ÂGE : Dès 13 ans
DURÉE : 60 minutes
DIFFICULTÉ ANNONCÉE : /
DIFFICULTÉ RESSENTIE : Intermédiaire
COOPÉRATION : Nécessaire
LINÉARITÉ : Moyennement linéaire
NIVEAU DES ÉNIGMES : Médian
TAUX DE SATISFACTION DU GROOM : 94%


EVALUATIONS :

L’ENSEIGNE :

PREMIER CONTACT

ESPACE D’ACCUEIL

DEBRIEF

EFFET WAHOU :
OUI

LES ÉNIGMES :

COHÉRENCE

ORIGINALITÉ

VARIÉTÉ

GAMEPLAY

L’IMMERSION :

HISTOIRE/BRIEF

CORS

AMBIANCE SONORE

GAME MASTERING


EN RÉSUMÉ :

Les points positifs :

  • Le fait que l’histoire se déroule en 3 épisodes
  • La machine temporelle
  • L’organisation du jeu
  • Les missions secondaires inconnues
  • Le système de points

Les points négatifs :

  • Iris n’est pas gentil

POUR QUI, POUR QUOI ?

  • Pour les fans de voyage temporel
  • Pour ceux aimant le côté scientifique
  • Pour ceux voulant sauver le monde

ASPECTS PRATIQUES :

  • Stationnement : Payant dans la rue
  • Accès PMR : Non
  • Collation : Non

undefinedL’AVIS DU GROOM :

Nous voici rendu chez Odysseus, enseigne dans laquelle nous avons réservé deux salles, Pandémie et Atlantropa. Ne connaissant pas l’enseigne, nous allons vite comprendre, et regretter, que celle-ci propose une aventure en trois parties et que pour avoir le fin mot de l’histoire nous aurions dû aussi réserver leur salle Soviet, un fil rouge liant les trois aventures. Vous allez incarner des voyageurs temporels pour résoudre certains problèmes du passé (on ne peut pas aller dans le futur) et changer le cours des choses. Néanmoins, quelqu’un tente de vous barrer la route dans chacune des missions : Iris. On ne sait pas grand-chose de lui/elle si ce n’est que cette personne (ou entité, on ne sait pas) souhaite la destruction du monde. Au fur et à mesure de vos trois aventures vous aller en apprendre un peu plus sur cette “chose” et tenter de l’arrêter. Voilà les grandes lignes de cette histoire en fil rouge. Vous comprenez pourquoi j’ai parlé de regrets au début, car nous n’avons pas le fin mot de l’histoire : cela nous donnera donc une occasion supplémentaire de revenir sur Lyon.

Venons en à notre première aventure. Notre mission est de revenir en France en 1915, la 1ère Guerre Mondiale n’a pas eu lieu mais, à la place, une pandémie s’est déclarée et la majorité de la population a disparu suite à cela. Nous sommes donc envoyés là-bas pour trouver le virus et empêcher sa propagation.
Notre première mission est donc d’entrer dans la machine nous permettant de nous télétransporter, avec un peu de matériel pour nous aider sur place, ainsi que Jean Baptiste Le Gentil (JBL pour les intimes) qui nous apportera son aide si besoin est. Cette machine à voyager dans le temps est vraiment top : explication de la mission, sensation de mouvement, éclairage, de quoi la calibrer pour se rendre au moment et à l’endroit voulu… bref je le redis : au top.

Nous arrivons donc dans un laboratoire à Paris, sombre et dévasté. On sent bien que cette pandémie a été rapide et violente et que notre mission est primordiale. On cherche, on fouille, on met en relation les infos et on tente de déterminer quel est ce virus. Pour cela on doit trouver une multitude d’informations sur les différentes agents pathogènes possibles, le temps d’incubation, le patient zéro, les symptômes etc etc. Cette première partie de jeu propose donc des énigmes de type enquête que l’on peut réaliser en parallèles. Cette partie n’est pas simple car il faut mettre les bons éléments en lien avec les uns avec les autres et heureusement que notre acolyte Jean Baptiste est “présent” avec nous pour nous aiguiller.

Une fois le virus déterminé, vous allez devoir influer sur le cours du temps et faire en sorte d’éviter cette pandémie. Je ne peux pas trop vous dévoiler la suite de l’aventure pour ne pas vous gâcher le plaisir. Toujours est-il que les décors nous ont agréablement surpris, nous ne nous attendions pas à ça. On sent vraiment que l’histoire est bien travaillée et que c’est une force de l’enseigne. Cette seconde partie de jeu a un caractère plus scientifique et plus protocolaire dans son organisation. Il faudra d’ailleurs faire attention à certains de vos réflexes de joueurs qui pourraient vous être peu utiles voir handicapants à ce moment. Une fois votre mission effectuée vous devez revenir à l’époque actuelle, et qu’est-ce que j’aime quand la fin est bien travaillée aussi avec un véritable retour via la machine temporelle et non juste passer par celle-ci pour sortir.

Pour en revenir à l’histoire de fond, tout au long de l’aventure vous allez devoir trouver des traces qu’Iris a laissés sur place, cela vous permettra d’accentuer votre fouille et, une fois trouvées, vous accéderez à des informations sur lui/elle pour comprendre un peu plus qui il/elle est et ses intentions. De plus il/elle entrera en interaction avec vous à un moment du jeu et il vous faudra être réactif alors que pour tout le reste vous avez vraiment le temps et celui-ci n’est pas pris en compte pour votre aventure.

En effet, il faut savoir que cette enseigne ne base pas son jeu sur le temps comme je le disais mais sur un système de points. Tout le monde gagne avec plus ou moins de réussite. Vous aurez, bien entendu, un maximum de points en fonction de votre réussite ou échec de la mission principale, mais aussi sur une multitude de missions secondaires que vous ne connaissez pas en amont. Suivant vos actions dans le jeu cela pourra vous permettre de récupérer des points ou d’en perdre (à vouloir être trop gentil je me suis fait avoir d’ailleurs). On félicite l’enseigne pour cette façon de jouer mais aussi pour toutes les références visuelles et auditives que l’on découvre tout du long et qui nous permet d’avoir un jeu dans le jeu. On se prend à faire des choses en se disant que cela peut rapporter des points (ou non), cela ajoute un petit truc en plus.

Nous avons donc fortement apprécié ce que propose l’Odysseus via cette première salle réalisée. On sent que l’histoire a été murement réfléchie au sein de l’enseigne ainsi que pour la salle et on en a appris un peu sur Iris. Il nous tarde de réaliser la prochaine aventure… Ça tombe bien, 30 minutes après on y était et si vous voulez vous téléporter sur notre article parlant de cette seconde salle, Atlantropa, utilisez notre “machine à voyager dans le temps” en cliquant ici.

LE GROOM DONNE LA PAROLE A LOÏC :

“Un très bon moment passé dans cette enseigne et cette salle. L’ambiance et le décor nous projettent réellement dans le scénario et on vit l’expérience à fond. Le tout avec suffisamment d’énigmes pour le côté sport cérébral et plein de références pour le côté fun. Je valide à 100% “


L’ÉQUIPE :

Membres : Adrien, Loïc, Thomas, François
Temps : 53’00”
Indices : 3
Date : 31.10.2021

 


L’ENSEIGNE :


Odysseus
Ville : Lyon 6ème
Tarif : de 25 à 45 € par joueur
Crédit illustrations : ©Odysseus

Tous nos tests de cette enseigne !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑