L’immortel – Le Donjon – Paris 11ème

MISSION :

Un inconnu vous invite afin de discuter avec vous de disponibilités immobilières existantes autour de chez vous. Vous êtes conviés à un diner dans un manoir où le temps semble s’être arrêté à la fin du XIXe siècle. Il ne reste plus aujourd’hui que des vestiges de sa splendeur. Le maître des lieux se révèle spécial, ce qui motive votre fuite. Sur les traces d’un de vos camarades d’évasion, vous découvrez des passages secrets qui vous font évoluer de pièce en pièce jusqu’aux caves où se jouera votre destin.


 

PROFIL DE LA SALLE :

THÈME : Historique / Culturel
LANGUES : Français
COMPOSITION : De 2 à 6 joueurs
ÂGE : Dès 12 ans
DURÉE : 60 minutes
DIFFICULTÉ ANNONCÉE : Modulable
DIFFICULTÉ RESSENTIE : Débutant
COOPÉRATION : Secondaire
LINÉARITÉ : Linéaire
NIVEAU DES ÉNIGMES : Facile
TAUX DE SATISFACTION DU GROOM : 92%


EVALUATIONS :

L’ENSEIGNE :

PREMIER CONTACT

ESPACE D’ACCUEIL
NON ÉVALUABLE

DEBRIEF

EFFET WAHOU :
PLUSIEURS

LES ÉNIGMES :

COHÉRENCE

ORIGINALITÉ

VARIÉTÉ

GAMEPLAY

L’IMMERSION :

HISTOIRE/BRIEF

CORS

AMBIANCE SONORE

GAME MASTERING


EN RÉSUMÉ :

Les points positifs :

  • L’ambiance générale
  • Les différents passages secrets dévoilés
  • Le plus gros cadenas que j’ai jamais vu
  • Le point de départ en extérieur
  • Le début d’une histoire en fil rouge ?

Les points négatifs :

  • Peu d’énigmes finalement
  • Enigmes peu contextualisées

POUR QUI, POUR QUOI ?

  • Pour ceux qui veulent vivre une belle aventure
  • Pour ceux qui aiment les jeux avec plein de passages secrets
  • Pour les adeptes de Bram Stoker

ASPECTS PRATIQUES :

  • Stationnement : Payant dans la rue
  • Accès PMR : Non
  • Collation : Non

undefinedL’AVIS DU GROOM :

Le Donjon fait partie de ces nouvelles enseignes qui ont ouvert fin mai/début juin suite au confinement. Dès la réservation ils jouent sur l’originalité puisque vous recevez un sms pour vous dire que le comte vous attend et vous donne rendez-vous au niveau de la statue Place de la République. Le jour J, une fois sur place, un majordome vous accueille et vous emmène sur les lieux tenus secrets, c’est plutôt atypique comme début d’aventure. Il ne manquera pas de vous compter l’histoire de son maitre et du bâtiment sur fond de secret des Templiers. Mais on se pose aussi cette question lorsqu’on lit le scénario… Il y a-t-il un lien avec le comte de Dracula ? Le mystère sur cette question reste entier avant d’y entrer même si quelques éléments de réponses vont dans ce sens au fur et à mesure de l’avancé de notre périple… mais bien entendu, si référence il y a, à aucun moment il n’y en a besoin pour avancer dans le jeu.

Une fois arrivés au niveau du donjon, votre premier objectif sera de d’entrer dans celui-ci et de découvrir ce qu’il va se passer par la suite, et vous allez vite comprendre que finalement votre but sera de fuir. D’ailleurs, même si on découvre quelques lettres vous guidant tout au long du jeu il manque selon nous un petit peu d’explications vis-à-vis de l’histoire : on comprend qu’il faut s’échapper mais nous n’avons pas vraiment de raison ce qui fait le petit bémol de cette aventure. Néanmoins, on découvre un bel univers sombre et mystérieux dans ce manoir du XIXème siècle qui nous laisse parcourir de nombreuses pièces. Les décors de chacune d’entre elles sont d’ailleurs vraiment top et l’on sent que ce lieu a plein de chose à nous dévoiler dès le début de l’escape.

Les énigmes ne sont pas très nombreuses et on gagnerait à ce que ces dernières nous en apprennent davantage sur l’intrigue. Cependant, vous trouverez pas mal de manipulations d’objets pour déclencher des mécanismes et de la fouille qui va vous permettre de vous échapper. Vous êtes ici pour vivre une aventure avec de nombreux passages secrets qui sont vraiment bien dissimulés, on se croirait dans un labyrinthe à certains moments. Votre partie est aussi assez guidée grâce aux petites notes régulières qui induisent votre réflexion pour savoir quoi faire (ça ne vous rappelle pas un roman ?).

L’immersion est au centre du jeu avec les décors, les jeux de sons et lumières ainsi que tous ces passages secrets et c’est le gros plus du jeu. Mention spéciale d’ailleurs pour l’énorme cadenas que l’on croise dans le jeu, je n’en avais jamais vu un si gros et c’est impressionnant. D’ailleurs, un autre effet lié à l’un des passages secrets et on ne s’attend pas du tout à voir ça (attention, il n’est pas aisé de s’y faufiler).

Vous l’aurez compris cette aventure est originale et à la portée de tous, on y trouve de belles surprises et surtout de beaux décors lors de la découverte des secrets de ce comte mystérieux… l’a-t-on rencontré ? Notre article ne vous le dévoilera pas, il faudra le faire pour le savoir ! Nous sommes maintenant impatients d’attendre la sortie du prochain scénario qui devrait bientôt pointer le bout de son nez, et quand je dis bientôt, je parle avant fin 2021, surtout qu’il s’agira d’une suite ou plutôt dans fil rouge en lien avec ce premier jeu.

À noter que votre GM vous demande avant de commencer, si vous souhaitez la présence d’esprits durant votre aventure ou non. Nous avons choisi d’avoir ces esprits ce qui nous a valu quelques jumpscares, mais sinon aucune peur à avoir dans ce jeu qui ne se revendique pas frisson ou horreur malgré des espaces parfois sombres et angoissants… que dis-je sombres, complètements dans le noir !

LE GROOM DONNE LA PAROLE À INGRID:

” En immersion dès le point de rdv avec le majordome du comte. Ce dernier nous emmène dans son manoir où nous traversons plusieurs pièces grâce à la résolution d’énigmes. La logique d’enchaînement est fort appréciable, le tout dans un décor digne du XIXe siècle, ponctué par l’ambiance mystérieuse qui y règne. “


L’ÉQUIPE :

Membres : Adrien, Ingrid & Sorithy
Temps : 45 minutes
Indices : 1
Date : 16.10.2021

 


L’ENSEIGNE :

Le Donjon
Ville : Paris 11ème
Tarif : de 25 à 50 € par joueur
Crédit illustrations : ©Le Donjon


Tous nos tests de cette enseigne !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑