La maison de poupées – Victory Escape Game – Paris 9ème (75)

MISSION :

Un père, adorant sa fille plus que tout, a ouvert un magasin de poupées pour elle. Morte accidentellement dans l’atelier, ne supportant pas cette absence, il a décidé de la faire embaumer pour la garder prêts de lui.
Inès, une amie journaliste, a essayé de mener une enquête sur ce sordide fait divers mais sans succès.

Parviendrez-vous à élucider ce mystère ?


 

PROFIL DE LA SALLE :

THÈME :  Enquête
LANGUES : Français/Anglais
COMPOSITION : De 3 à 6 joueurs
ÂGE : Dès 10 ans
DURÉE : 60 minutes
DIFFICULTÉ ANNONCÉE : Confirmé
DIFFICULTÉ RESSENTIE : Confirmé
COOPÉRATION : Nécessaire
LINÉARITÉ : Linéaire
NIVEAU DES ÉNIGMES : Médian
TAUX DE SATISFACTION DU GROOM : 65%


EVALUATIONS :

L’ENSEIGNE :

PREMIER CONTACT

ESPACE D’ACCUEIL

DEBRIEF

EFFET WAHOU :
NON

LES ÉNIGMES :

COHÉRENCE

ORIGINALITÉ

VARIÉTÉ

GAMEPLAY

L’IMMERSION :

HISTOIRE/BRIEF

CORS

AMBIANCE SONORE

GAME MASTERING


EN RÉSUMÉ :

Les points positifs :

  • Salle existant en double
  • Quelques bonnes idées

Les points négatifs :

  • Le brief dans la salle
  • Des énigmes manquant de sens
  • Pas de photo proposée

POUR QUI, POUR QUOI ?

  • Pour ceux aimant les poupées
  • Pour ceux qui veulent s’essayer à une room un peu plus sombre sans être effrayante

ASPECTS PRATIQUES :

  • Stationnement : Payant dans la rue
  • Accès PMR : Non
  • Collation : Non

undefinedL’AVIS DU GROOM :

Nous voilà rendu chez Victory Escape Game que je ne connaissais, en toute franchise, que de nom mais sans vraiment rien savoir de plus. Je découvre qu’elle propose huit missions dont certaines en double, comme celle que nous allons réaliser, sur deux lieux donc il s’agit d’un assez gros complexe. Nous sommes accueillis par les GMs qui nous envoient vers la salle de briefing ou nous côtoyons d’autres groupes. J’ai toujours peur des briefs en groupe mais, ayant un peu de retard, les autres ont pu finir avant qu’on ne commence à nous rappeler les règles d’usage.

Notre hôte nous entraine ensuite vers la salle pour qu’à l’intérieur de celle-ci il puisse nous présenter la mission (ou plutôt à l’extérieur vu que notre mission commence dans la reproduction d’une petite rue). Je me répète par rapport à des précédents articles, mais je n’aime pas avoir un brief dans la salle, notre regard est déjà en alerte, on observe les décors tout en écoutant l’histoire et je trouve que ça retire le plaisir de découvir la salle et s’atteler directement à notre mission. Surtout que là, un de mes camarades de jeu à tout de suite “senti” un élément de fouille en arrivant dans la pièce avant même le début du jeu. De plus, je n’ai pas tout capté à l’histoire que l’on me racontait. Il est question de Russie, de maléfice à déjouer, de poupées, de décès, de récupérer une preuve, d’éléctricité… Je suis un peu perdu par ce qu’a tenté de me raconter le GM : autant dire que ca ne m’a pas mis dans de bonnes conditions pour débuter mais bon, je me dis que je comprendrai au fur et à mesure.

Nous débutons donc notre aventure devant l’entrée du magasin de poupées. Notre but premier est d’y entrer. Les premiers éléments sont vite découverts mais au moment de rentrer le premier code on fait une tentative qu’on réitère sans succès. On tente alors d’autres idées mais rien ne fonctionne… Ce n’est qu’au bout que de plusieurs minutes que notre GM nous aiguille… pour en conclure que notre premier code était le bon mais que le digicode a, apparemment, quelques touches capricieuses (et pourtant on a fait trois essais). Bref, nous entrons dans le magasin pas super jouasses de cette perte de temps. On fouille, on regarde tout ce que l’on a devant nous et on enchaine les énigmes : toute cette partie est vraiment très linéaire.

L’énigme des robes est sympathique à réaliser ainsi que celle de la maison, mais pour le reste on tombe sur des propositions basiques, qui ne servent pas vraiment la narration, on se demande pourquoi on réalise telle ou telle action. On trouve même un objet particulier et l’on se demande à quoi il sert durant toute la suite de l’aventure… (on ne comprendra que lors du débriefing). Par la suite, la progression devient plus parallélisable et donc moins linéaire. N’étant que trois nous ne nous sommes pas vraiment séparés et avons perdu pas mal de temps, je pense. Nous devons donc, dans cette partie, réaliser notre propre poupée grâce à une machine. L’idée est vraiment bonne, mais nous avons eu du mal à comprendre ce qu’il fallait réaliser au niveau de chaque énigme.

Les différentes déconvenues rencontrées ont fait aussi que nous étions moins dans le jeu finalement. Notre GM a dû nous aider à plusieurs reprises toujours en débutant par un “hé les amis” sans jouer de rôle et nous sortant un peu plus de l’immersion. Le clou du spectacle se trouve sur la dernière énigme que nous avons dû réaliser, pour laquelle on ne trouve aucune cohérence dans la mise en relation des deux éléments. Notre GM nous dira d’ailleurs, en fin de session, qu’il n’a jamais vu personne la réussir : cela nous interpelle donc et on lui suggère de peut-être faire évoluer ce qui ressemble à un problème de game design… Celui-ci n’a rien voulu entendre en disant que ce n’est pas de sa responsabilité. Il en va de même pour un autre point que nous avons soulevé au cours de la partie et qui risquera de frustrer plusieurs joueurs de l’équipe. Si vous venez à quatre ou plus, seulement deux personnes peuvent réaliser cette énigme pendant que les autres sont en attente, alors qu’il est facilement possible de la faire évoluer un tout petit peu.

Enfin, je ne vous ai pas parlé des décors, ils sont simples, pas trop de fioritures, sobres et dans une ambiance assez sombre, mais pas de quoi vous faire frissonner. Je ne peux pas vraiment dire qu’ils m’aient emporté dans une quelconque ambiance mais les différentes pièces ont le mérite d’être assez grandes (mis à part le seuil de la porte d’entrée qui risque de faire petit si vous venez à six).

Vous l’aurez compris cette expérience ne m’a pas vraiment satisfaite sur bien des points et c’est plutôt rare alors qu’il y a certains très bons éléments de jeu (je pense notamment à la machine, et à deux énigmes). C’est dommage pour une salle qui n’est pas si vieille que ça et qui pourrait être de meilleure facture. On finit tout juste dans les temps et l’on comprend alors pourquoi cette salle est difficile…
Je finis aussi par dire que c’est bien la première fois qu’une enseigne ne me propose pas de faire une photo de notre équipe ce qui est généralement un bon souvenir pour tous les joueurs.


L’ÉQUIPE :

Membres : Nicolas, Magritte, Adrien
Temps : 60 min
Indices : 5
Date : 17.10.2021

 


L’ENSEIGNE :

Victory Escape Game
Ville : Paris
Tarif : de 20 à 32 € par joueur
Crédit illustrations : ©Victory Escape Game

Tous nos tests de cette enseigne !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑