Le temple de Chachapoya – Escape Yourself – Pornichet (44)

MISSION :

1957, la tribu péruvienne des Chachapoyas fait appel à votre équipe pour récupérer l’idole de la fertilité dans leur temple sacré, dans lequel eux n’ont pas le droit de pénétrer.

Ils ont contacté, avant vous, le professeur Robert Harrison, grand explorateur, mais sont sans nouvelle de ce dernier depuis qu’ils l’ont vu entrer dans le temple.

Le temps presse, une grande firme vient d’acquérir le terrain en amont du fleuve et va faire exploser le grand barrage. Les eaux libérées engloutiront le temple et l’idole sera à jamais perdue. Les moyens de transports étant ce qu’ils sont, vous arrivez en Amérique du Sud et rejoignez les Chachapoyas qui vous conduisent sur le campement du professeur Harrison. Il ne vous reste plus qu’une heure pour réussir à entrer dans le temple et y retrouver l’idole sacrée, passé ce délai, vous n’aurez plus le temps de quitter la zone qui se verra inondée et vous serez engloutis par les eaux.


 

PROFIL DE LA SALLE :

THÈME : Archéologie
LANGUES : Français
COMPOSITION : De 3 à 6 joueurs
ÂGE : Dès 10 ans
DURÉE : 60 minutes
DIFFICULTÉ ANNONCÉE : Intermédiaire
DIFFICULTÉ RESSENTIE : Intermédiaire
COOPÉRATION : Secondaire
LINÉARITÉ : Moyennement Linéaire
NIVEAU DES ÉNIGMES : Médian
TAUX DE SATISFACTION DU GROOM : 83%


EVALUATIONS :

L’ENSEIGNE :

PREMIER CONTACT

ESPACE D’ACCUEIL

DEBRIEF

EFFET WAHOU :
OUI

LES ÉNIGMES :

COHÉRENCE

ORIGINALITÉ

VARIÉTÉ

GAMEPLAY

L’IMMERSION :

HISTOIRE/BRIEF

CORS

AMBIANCE SONORE

GAME MASTERING


EN RÉSUMÉ :

Les points positifs :

  • Le thème
  • Le gameplay
  • La communication de l’équipe
  • La dernière énigme en particulier
  • La dernière pièce en général
  • Les références au Pérou, à sa géographie et son histoire

Les points négatifs :

  • Les matériaux des décors, leur couleur

POUR QUI, POUR QUOI ?

  • Pour Flynn Carson
  • Pour les aventuriers
  • Pour les férus de culture Inca

ASPECTS PRATIQUES :

  • Stationnement : Parking gratuit
  • Accès PMR : Oui
  • Collation : non (COVID)


undefined L’AVIS DU GROOM :

Même si certaines trouvent les salles de temples ou de tombeaux égyptiens trop classiques et en sont lassés, c’est une thématique que j’affectionne particulièrement, sans doute la faute au professeur Jones et à ses aventures, à moins que cela ne soit Allan Quatermain, Benjamin Gates, Lara Croft, Sydney Fox ou la bande à Picsou, bref, je m’égare. Tout ça pour dire que ,contrairement à ce que l’on pourrait croire avec ce qui va suivre, j’aime ce type d’aventure.

Notre brief a lieu dans la première pièce, un camp de base à l’extérieur de l’édifice. Il y a du pour et du contre à ce type d’introduction, d’un côté une mise en condition pour le récit, de l’autre le fait qu’on commence à fouiller visuellement notre entourage en n’écoutant que d’une oreille. Au premier abord les décors ont l’air plutôt chouettes, mais après une première minute passée à les ausculter, la hype retombe un peu. Le lierre au mur ne fait pas très forêt amazonienne et les pierres du temple, en plus d’être en polystyrène, sont noires comme l’ébène, alors qu’on pourrait s’attendre à une teinte plutôt grisâtre. Cette noirceur vous suivra quasiment jusqu’à la fin et c’est dommage, car au niveau game design la salle est plutôt intéressante.

En effet, la trame globale est cohérente, les énigmes intéressantes même si certaines sont très classiques, elles vous feront quoi qu’il en soit bien réfléchir, notamment la dernière sur laquelle on n’a pas le droit à l’erreur, et il y a pas mal de manipulations. Les références à la culture précolombienne, que cela soit par l’alphabet ou le système numérique, ainsi qu’à la géographie du Pérou sont utilisées à bon escient et ont même suscité une certaine nostalgie en me replongeant 10 ans en arrière lors de ma visite de Nazca et du Machu Pichu.

D’un point de vue gameplay, ce temple est vraiment réussi, on s’y amuse, on aurait juste tellement adoré que le rendu de ses murs soit un peu plus qualitatif, cela aurait amené la salle et son immersion un cran au-dessus à l’image de la Cabane du pêcheur. Cela reste malgré tout une expérience de jeu très plaisante et cet avis à l’égard des matériaux ne représente que notre opinion, tout le monde n’aura pas les mêmes attentes vis-à-vis des décors.

LE GROOM DONNE LA PAROLE A GUILLAUME :

“Scénario classique de temple dans la jungle où il faut récupérer un artefact (ici une idole). Le sempiternel explorateur passé par là avant nous mais qui a échoué et dont nous pouvons récupérer les notes est bien présent au rendez-vous lui aussi. En entrant dans la salle, l’effet waouh ne dure que quelques secondes… avant de s’apercevoir que le temple est construit de murs tout noirs en polystyrène, recouvert de faux lierre de chez Jardiland (le fameux lierre de la jungle péruvienne). En levant la tête, on peut admirer un superbe faux-plafond d’époque. Ça pique franchement les yeux. Les énigmes sont bien plus intéressantes que le décor. De nouveau c’est bien ficelé, parfois original. C’est en lien avec le thème. Il y a une belle densité de choses à faire et le challenge est réel. La dernière énigme, qu’il faut résoudre avec des informations parcellaires, est particulièrement intéressante, d’autant qu’elle est à un seul essai avec erreur éliminatoire. L’aventure est censée se dérouler au Pérou, et on apprécie que les concepteurs aient su garder une cohérence à ce niveau. C’est sur une carte du pays qu’il faudra traquer les déplacements de notre prédécesseur à travers les véritables villes locales, et on trouve aussi une énigme qui fait référence aux fameuses lignes de Nazca, ces dessins géants que l’on peut observer par avion et donc on ignore encore l’origine et la signification.”


L’ÉQUIPE :

Membres : Yo, Guillaume & Adrien
Temps : 52 minutes
Indices : 2
Date : 01.08.2021

 


L’ENSEIGNE :

Escape Yourself Pornichet
Ville : Pornichet
Tarif : de 18 à 40 € par joueur
Crédit illustrations : ©Escape Yourself

Tous nos tests dans cette enseigne !

Vous pourriez également aimer...