La Porte entre les Mondes – Exit – Iello [Jeu de société]

MISSION :

Cette carte antique vous a mené jusqu’ici, devant cet incroyable portail mystique. Mais… regardez ! Les anneaux qui la décorent semblent vibrer ! Parviendrez-vous à les actionner pour activer ce portail ? Et plus important encore : où risquez-vous d’être transporté ?

Acheter la porte entre les mondes – Exit chez Philibert


 

PROFIL DU JEU :

THÈME : Fantastique
LANGUES : Français
COMPOSITION : De 1 à 4 joueurs
ÂGE : Dès 12 ans
DURÉE : 90 minutes
DIFFICULTÉ ANNONCÉE : Intermédiaire
DIFFICULTÉ RESSENTIE : Intermédiaire
COOPÉRATION : Secondaire
LINÉARITÉ : Moyennement Linéaire
NIVEAU DES ÉNIGMES : Médian
TAUX DE SATISFACTION DU GROOM : 88%

ASPECTS PRATIQUES :

  • Altération du matériel

EVALUATIONS :

LA BOITE :

QUALITÉ PERÇUE

ACCESSOIRES

EFFET WAHOU :
OUI

LES ÉNIGMES :

COHERENCE

ORIGINALITÉ

VARIÉTÉ

GAMEPLAY

L’IMMERSION :

HISTOIRE/SCENARIO

DÉCORS/ILLUSTRATIONS

AMBIANCE SONORE
NON ÉVALUABLE


EN RÉSUMÉ :

Les points positifs :

  • Les posters à la place des cartes énigmes
  • La dernière énigme

Les points négatifs :

  • Une énigme pour laquelle on a trouvé un autre code

POUR QUI, POUR QUOI ?

  • Pour ceux aimant la série Stargate
  • Pour découvrir différents mondes inconnus


undefinedL’AVIS DU GROOM :

Dernier sorti de la gamme Exit avec la Forêt Enchantée, la porte entre les Mondes nous embarque cette fois-ci dans un scénario à la Stargate en découvrant différents lieux grâce à une porte intergalactique qui, finalement, n’est pas très sûre puisqu’elle se détraque assez régulièrement.

C’est au détour d’une recherche dans une grotte que vous tombez sur cette porte et que votre “voyage” va commencer. D’ailleurs, quelle belle idée d’avoir passé le disque décodeur sous cette forme, ça ne change pas grand-chose, mais il fallait y penser surtout que la disposition va avoir toute son importance au cours du jeu. Les auteurs Inka et Markus Brand continuent à nous surprendre avec de nouvelles trouvailles, ils arrivent à se renouveler tout en nous proposant une base identique.

Ici, contrairement aux autres scénarios, vous n’aurez pas de cartes énigmes, mais des petits posters à déplier, représentant les différents mondes dans lesquels vous allez évoluer. Sur chacun des posters, vous retrouvez quelques lignes vous permettant de vous narrer l’histoire, mais aussi les informations précieuses qui vont vous permettre de résoudre l’énigme. Il ne faut rien négliger, ce que nous avons parfois fait et qui nous a coûté un temps précieux. En effet, pour certaines énigmes, il faut bien prendre son temps, mettre tout en ordre pour arriver au bout alors que pour d’autres les problèmes à résoudre coulent de source et on avance vite.

Il y a donc une belle alternance au sein du gameplay qui fait que l’on ne s’ennuie pas. D’ailleurs, il faudra une fois de plus jouer de sa paire de ciseaux pour un bon nombre d’énigmes. Je vous conseille d’ailleurs de bien observer les différents mondes au fur et à mesure du jeu ce qui pourrait vous permettre de gagner du temps. On a très vite compris que certains éléments trouvés nous serviraient plus tard car ce scénario n’est pas linéaire. Certaines énigmes étant aussi plus complexes que d’autres, le tout fait que la globalité du jeu est à destination des joueurs ayant déjà quelques Exit à leur actif. Mention spéciale à l’énigme avec les élastiques qui est sympathique à réaliser ainsi que la dernière que je n’avais encore jamais vue.

Néanmoins, on a pu aussi repérer des petits défauts. En effet, sur l’énigme du monde 1 nous avons trouvé un code à trois chiffres, mais après avoir regardé la solution pour écrire l’article, je m’aperçois qu’il y a une erreur sur l’un de nos chiffres et pourtant on a quand même pu accéder à la suite car cela donnait le même numéro de carte de validation (ce n’est pas grand-chose, juste une mauvaise lecture de notre part…). Pour ce qui est de l’énigme du câblage, nous avons dans un premier temps trouvé une autre solution qui, forcément, ne nous donnait pas les bons chiffres… Bizarre qu’il y ait une telle possibilité dans le jeu même s’il est vrai que la véritable solution semble plus plausible au regard de la taille des câbles (vous comprendrez en la réalisant).

Mais dans l’ensemble, nous avons passé un bon moment à nous creuser la tête sans vouloir prendre d’indices, ce que nous avons tenu. Nous avons donc mis, comme souvent, un peu plus de temps que les 90 minutes allouées mais en ayant la satisfaction de tout avoir réussi par nous même. Je vous conseille donc cet opus qui est agréable grâce aux changements qu’il propose, le gameplay et certaines énigmes bien pensées. Il n’en reste pas moins que les aficionados des Exits ne trouveront peut-être pas de réelle difficulté majeure à ce scénario qui propose aussi des énigmes assez classiques.

Allez, on est franc, de notre côté, nous n’avons sûrement pas été des plus attentifs non plus en réalisant ce jeu, car on s’occupait aussi de l’apéro et des pizzas, donc on s’est relayés, ce qui nous a fait perdre un peu de temps et nous a rajouté une difficulté supplémentaire pour suivre les réflexions de chacun… Il est donc probablement un peu plus facile que ce que je pense.

Pour conclure, je dirais qu’avec ces deux derniers scénarios : la forêt enchantée et celui-ci, Exit à fait le choix d’histoires passant d’un monde à un autre, ce qui facilite le côté narration car les “mondes” n’ont rien à voir les uns avec les autres. J’attends maintenant, dans les prochains jeux, que cette narration soit encore plus poussée dans une seule et même trame, même s’il faut lire plus. Et une chose est sûre, j’attends impatiemment le scénario sur le seigneur des anneaux déjà sorti en allemand et anglais…


L’ÉQUIPE :

Membres : Emmanuel, Adrien, Loïc
Temps : 91 minutes 23 secondes
Indices : 2
Date : 11.03.2022


L’EDITEUR :

Iello
Tarif : environ 15 €
Crédit illustrations : ©iello 
Tous nos tests de la gamme Exit
Acheter la porte entre les mondes – Exit chez Philibert

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Baskerville 2 par Anders Noren.

Retour en haut ↑